Sur la trace des Maquisards

Maquis, calcaire blanc, grottes, voyage au cœur du Cabardès et de la Montagne Noire le temps d'une randonnée sous un beau soleil hivernal.
Janvier 2016
1 jour
1
Village de Trassanel

Plongée au beau milieu du maquis du Cabardès, sur les versants de la Montagne Noire, Trassanel, petit village de 33 habitants (Insee 2013), est le point de départ de notre randonnée "La grotte du Maquis".

De difficulté moyenne, cette rando s'étend sur 8 à 10 kms (en fonction des variantes que vous emprunterez) pour environ 3h-3h30 de marche. Prévoir de bonnes chaussures car il y a parfois des passages glissants, notamment sur le calcaire blanc, roche très présente, caractéristique de cette région. Pour plus d'informations sur le parcours, je vous invite à consulter le topoguide ou regarder le tracé GPS.

• • •

L'histoire du village de Trassanel est issue en grande partie de la seconde guerre mondiale avec la Résistance et la lutte pour la liberté. Une date importante est inscrite dans les mémoires, celle du 8 août 1944 qui donna son nom au chemin emprunté par les "Enfants de la Résistance", le sentier du 8 août 1944.

Pas moins de 47 personnes se sont sacrifiées en empruntant ce sentier et en se réfugiant dans les grottes ou encore exécutés aux abords des maisons du village pour que nous soyons tous aujourd'hui des Hommes libres. Tel est le texte écrit sur la stèle dédiée que nous croisons sur notre chemin.

Quand un jour tôt ou tard il faut qu'on disparaisse

Quand on a plus ou moins vécu, souffert, aimé

Il ne reste de soi que les enfants qu'on laisse

Et le champ de l'effort que l'on aura semé

De Gaulle.

Pour les amateurs de lecture et d'histoire, un site très complet que je souhaite partager avec vous : Témoignages et souvenirs de la guerre 1939-1945 en Montagne Noire - Par Albin Bousquet. Je découvert ce récit en feuilletant d'autres blogs sur l'histoire du village.

Sur le point de départ, au parking, nous apercevons au loin la chaîne montagneuse des Pyrénées, confondue avec les nuages...

Nous commençons notre route sur les pas de ces Maquisards qui écrivirent l'histoire.

Après avoir traversé le village, être passé devant la stèle commémorative, nous entamons notre périple entre monts et vallées dans le but de découvrir les fameuses grottes de Trassanel, ainsi que le Roc de l'Aigle, culminant à 700m d'altitude.

Les sentiers muletiers, comprenez des chemins étroits et escarpés taillés dans la roche, nous offrent un panorama extraordinaire sur le territoire de la Montagne Noire.

Il faut parfois faire de belles grimpettes pour admirer les plus beaux paysages 😀

Pour un petit topo sur l'histoire de la Montagne Noire, sachez que les eaux de ce beau relief montagneux ont servi à alimenter le très touristique Canal du Midi.

En effet, le célèbre Pierre-Paul Riquet fut missionné sous le règne de Louis XIV, de relier par voie navigable la ville de Toulouse aux eaux de la Méditerranée. Monsieur Riquet eut alors l'idée farfelue mais plutôt bien pensée de construire un canal, le Canal du Midi. Un problème se pose alors, comment le remplir ? A coup de sceau d'eau ? 😀 Bien sûr que non !

Pierre-Paul Riquet fit sortir de terre 3 lacs disposés en cascades, reliés par des canaux et alimentant donc la voie navigable servant aujourd'hui essentiellement au tourisme.

Durant de nombreuses années, le Canal du Midi était une voie marchande et reste encore à ce jour un bel ouvrage français.

Nous continuons notre marche et découvrons la flore sous un soleil radieux qui nous enchante par les couleurs que nous apercevons. Nous prenons le temps d'admirer, de contempler et profitons pour boire un coup ! Le soleil chauffe, même en plein mois de janvier...

Après de belles montées et descentes toutes plus magnifiques les unes que les autres, nous arrivons à la première grotte du maquis de Trassanel.

Nous retrouvons une plaque commémorative, qui nous plonge un instant dans le passé. Des vestiges sont encore présents et nous essayons de nous imaginer plus de 100 années en arrière sous l'occupation... Un moment émouvant en découvrant cet abri où furent tués 47 jeunes maquisards et le célèbre Antoine Armagnac.

Parce que ce lieu est chargé d'histoire et d'émotions, je vous partage un récit sur l'histoire de cet homme, M Armagnac Antoine, Louis, Marius, né le 6 avril 1912 et tué au combat le 8 août 1944 pour la liberté => Le Maitron - Dictionnaire biographique - Fusillés, guillotinés, exécutés, massacrés - 1940-1944.

On aperçois une autre sortie au fond. "La sortie de secours" :)
"La sortie de secours"

Je vous accorde que la qualité de la vidéo n'est pas terrible, mais pour ma défense, c'est le noir complet, et je dois regarder où je mets les pieds pour ne pas tomber dans les trous béants présents dans la grotte. Éclairer, filmer et marcher, tout cela en même temps sans trembler relève du challenge ! Je souhaite quand même vous la partager 😉. Attention aux cheveux, il y a beaucoup de chauve-souris qui font dodo 😀 !

Ce moment spéléologie fut très agréable et prenant qui m'a rappelé la grande sortie spéléologie au Gouffre Géant de Cabrespine durant mes années lycées. Descendre au fond du Gouffre et parcourir les entrailles de la Terre était un épisode sensationnel, surtout en rampant au beau milieu des stalactites et stalagmites où il était parfois difficile de passer sans rentrer le ventre 😀. Cela vaut le coup de s'y aventurer lors d'un safari souterrain et de ne pas seulement rester dans la salle principale ! Visite uniquement sur rendez-vous => http://www.grottes.com/cabrespine.html

Nous ressortons des entrailles de mère nature pour nous lancer à l'assaut de la grande colline en s'imaginant déjà la vue que nous allons avoir... Sur les chemins étroits et bien raides parfois, nous grimpons. Nous comprenons vite l'utilité d'avoir des bâtons de marche ! Nous décidons alors en plein effort d'investir pour notre futur voyage à Madère. Aujourd'hui à l'heure où j'écris ce carnet, c'est chose faite, et nous sommes ravi de notre achat !

Sur le sentier, nous admirons encore à chaque virage, à chaque point de vue, la beauté du paysage illuminé par un temps magnifique. Nous avons bien choisi notre journée avec une météo des plus extra 😀.

Nous arrivons à la croisé des chemins comme on dit, et nous continuons notre route en direction du Roc de l'Aigle...

"attention moutons ! fermer le portillon !!" Un écriteau averti les randonneurs que nous traversons une propriété peuplée de moutons et visiblement de sangliers ... 😀

"Promeneurs, Bienvenue aux Escoles. La clôture a été mise en place pour protéger les plantations des dégâts de sangliers. MERCI de la refermer ! BONNE BALADE ! Germain et Jules"

Nous prenons donc soin de bien refermer la clôture pour ne pas laisser partir les moutons que nous n'avons pas aperçu en traversant le domaine des Escoles.

Comme on le sait en randonnée, arriver au sommet pour admirer les plus belles vues, cela se mérite ! A la force de nos jambes, en prenant soin de ne pas glisser et de se rompre une jambe, on monte sur le calcaire blanc et les sentiers escarpés. A croire que bientôt nous allons être obligé d'escalader ! ...

Les cuisses et les mollets chauffent mais nous arrivons à destination !

Comme seul au monde, à dominer la vallée en contre bas et avec cette sensation de pouvoir toucher du bout des doigts la neige des Pyrénées qui sont comme en suspension dans les nuages en train de s'envoler vers ce bleu éclatant.

Nous sommes si petits dans cette immensité...

Vue panoramique à 360° 😀

De retour à la réalité, après ce grand moment de détente, à se sentir grand sur le sommet, à respirer un grand bol d'air frais, nous redescendons pour retourner au village. Avec une autre grotte à visiter...

Au cours de notre retour à la civilisation, nous croisons une autre cavité souterraine. Bien sûr, aucune hésitation, nous décidons d'explorer...

Un moment d'adaptation est nécessaire à nos yeux pour s'habituer à cette obscurité quasi totale...

Seulement cette grotte là, nous ne voyons pas le bout... Lorsque nous commençons à ne plus voir la lumière du jour derrière nous depuis un moment, à se retrouver dans l'obscurité totale et que l'eau commence à être présente jusqu'à la cheville, face à une rivière souterraine, nous décidons de faire demi-tour. N'étant pas équipé ni sécurisé pour faire de la spéléo nous ne prenons pas de risque inconsidéré 😉.

Nous tentons tout de même quelques photos avec flash et lumière frontale...

Nous remarquons tout de même qu'il fait chaud par rapport à l'extérieur 😀. Je ne peux m'empêcher de faire la petite blague en sortant de la grotte, en apercevant la lumière : "Je vois le bout du tunnel ! Je vais vers la lumière ! Noooon reviens !"

De retour au soleil et à l'air libre, nous continuons...

Arrivé au village, nous sommes ravis de cette belle randonnée. De beaux paysages, de belles émotions et des petits moments de frissons lorsque nous nous sommes aventurés dans les entrailles de le terre 😀.

• • •


Je retiendrais tout de même un moment unique, cette sensation toute particulière au sommet : se sentir libre...

Votre circuit individuel en France, personnalisable et abordable

Circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires